J'ai ramassé mes vêtements et que je suis partie en courant...

3471 Vues
3471
J'ai ramassé mes vêtements et que je suis partie en courant...
360
Partages
/ /

Direct en partant, je le sais ce que vous allez me dire: BULLSHIT. Pis si j'étais à votre place, moi aussi je le croirais pas, mais voilà, c'est ma pire histoire de cul pis de loin. 

Je sors dans un bar avec mes chums de fille, rien de fou, mélange entre un club et une microbrasserie, la clientèle est plus là pour boire de la bonne bière. 

Bref, moi et mes amies on jase de tout et de rien, puis la un gars, fucking sexy (pis quand je dis sexy c'est fucking sexy genre que t'as jamais vu ça dans ta vie) 6pieds3, cheveux châtains, yeux verts perçants, bref le gars rempli tous les standards pour être dans un magazine. Il arrive à notre table et se penche vers moi en me demandant si j'ai envie de venir boire un verre avec lui au bar. Avant que je réponde, mes amies le font pour moi et en moins de deux je le suis au bar. 

La soirée se déroule super chill, le gars est super intéressant, bonne job, tête sur les épaules, le gars est pas juste beau, c'est un golden ticket. Je lui propose qu'on aille chez lui prendre un "dernier verre". 

Dans la même rapidité que je l'ai suivi au bar, je me retrouve nue avec lui dans son lit. Le gars à TOUT pour lui. Et c'est là que ça commence. Le gars, en train de me défoncer, me demande s'il pu des aisselles. Je suis fucking surprise par sa question, mais je répond que non. Il me dit textuellement: alors suce-moi le poil. 

Je capote et en même temps j'ai tellement envie de cramper. Je lui dis non, en riant un peu. Le gars s'offusque et se met à crier: MAMAN. Il appelle sa mère. Littéralement. Sa mère entre dans la chambre, capotant ma vie j'essaie de me cacher avec un oreiller et le gars se met à expliquer à sa mère que je ris de lui. JE VOUS NIAISE PAS sa mère s'approche de lui et se met à le bercer dans ses bras.

 Laissez moi vous dire que j'ai ramassé mes vêtements et que je suis partie en courant. J'avais tellement peur de recroiser ce malade, que je ne suis plus jamais retourné dans ce fameux bar...

- ANONYME

  Partager sur Facebook