photo

UN PÊCHEUR DE L’ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD A EU TOUTE UNE SURPRISE

Lors de sa dernière sortie en mer, un pêcheur de l’Île-du-Prince-Édouard a eu toute une surprise lalors que le bateau s'est heurté à une masse mouvante dans l'eau. En approchant, il a découvert plusieurs centaines de méduses agglutinées les unes contre les autres. « Je n'arrivais pas à croire combien il y en avait! », s'est exclamé Chad Gallant.

Ces animaux, appelés méduses-lune, sont inoffensifs pour l'humain, mais une si grande concentration de spécimen peut fortement nuire à l’écosystème marin. « Les gens ont essayé d'accroître la population de poissons, mais comme les méduses mangent la même nourriture, cela rend le retour des stocks de poissons plus difficile », a expliqué le scientifique Nick Record.



Une découverte encore plus étonnante - et inquiétante - a été constatée par le pêcheur vétéran Brian Campbell, à l'extérieur de la rivière Tryon, toujours à I-P-L. Son embarcation s'est soudainement retrouvée encerclée par des milliers de méduses cyanea capillatadites à crinière de lion. Ces méduses, qui peuvent atteindre jusqu'à deux mètres de diamètre, piquent et leur venin, en grande quantité, peut être nocif pour l'humain, causant irritations, crampes musculaires, allant même jusqu’à affecter la respiration et le fonctionnement du coeur.

image

Crédit photo: Dan Hershman

On ne peut pas expliquer pourquoi ces géantes, qui préfèrent habituellement les eaux froides, se retrouvent en si grande quantité. Elles ont peut-être été emmenées par des courants marins ou alors, vivent actuellement une forte croissance de population. Cette dernière hypothèse pourraient être due à des conditions favorables de reproduction et/ou une augmentation des zooplanctons dont elles se nourrissent.

Le chercheur Nick Record rappelle que l'observation des citoyens reste le moyen le plus efficace pour traquer et comprendre ces animaux marins. Si vous observez ou photographiez des méduses durant vos vacances cet été, n'hésitez pas à lui envoyer vos infos à jellyfish@bigelow.org.

Crédit : Radio-Canada
JULIE GAUTHIER
6 JUILLET 2020  (15H20)