photo

VOICI CINQ ENDROITS LES PLUS HANTÉS À MONTRÉAL

Grâce à notre histoire largement documentée, des centaines de témoignages au sujet de hantises à Montréal ont été rapportés et notés au fil du temps.

De par ce fait, Montréal peut facilement prétendre être la ville la plus hantée du Canada, si ce n'est de toute l'Amérique du Nord.

Voici la liste des cinq endroits les plus hantés de la métropole... Vous aurez été prévenus.

image

image

Site du bed-in de John et Yoko, l'illustre hôtel a été réaménagé au fil des ans, mais n'a pas réussi à se débarrasser d'un esprit en particulier.

En effet, on a rapporté à plusieurs reprises qu'une femme vêtue de blanc se promenait dans les couloirs et que les clients de l'hôtel prétendaient entendre « quelqu'un » fredonner des chansons jusque tard dans la nuit.

image

image

image

Le célèbre illusionniste, cascadeur et artiste de l'évasion américain, Harry Houdini, a reçu son dernier coup à Montréal.

On raconte qu'il devait recevoir un étudiant de McGill, J. Gordon Whitehead, qui s'intéressait beaucoup à ses prétendus pouvoirs magiques.

Le jeune homme lui aurait donné une série de coups de poing à l'estomac avant que le magicien ne puisse resserrer ses muscles. Pris au dépourvu, Houdini subit une rupture de l'appendice et voit sa santé commencer à décliner rapidement. Ce fut pour lui le début de la fin. Il meurt le jour de la fête de l'Halloween, à l'âge de 52 ans.

On dit que le fantôme de Houdini hante le musée de cire de Grévin au Centre Eaton. Les membres du personnel affirment entendre constamment des bavardages et de la musique dans la salle de bal principale du musée après que les portes soient fermées à clé.

image

image

image

Construite en 1871 comme maison-mère de la congrégation, cette imposante structure de la rue Guy abritait autrefois plus de 1000 religieuses, tout en servant d'hôpital et d'orphelinat.

L'Université Concordia a acheté le bâtiment en 2007 et l'a converti en résidence pour étudiants. Une grande partie du bâtiment a été rénovée, à l'exception de la crypte du sous-sol où sont enterrées 232 religieuses. Pour des raisons de santé, puisque beaucoup d'entre elles sont mortes de maladies très contagieuses, leurs restes doivent y rester.

Ainsi, les étudiants qui emménagent dans la résidence dorment littéralement au-dessus d'un cimetière.

Un incendie en 1918 a également décimé le dernier étage du bâtiment qui servait alors d'orphelinat. Selon les rapports, plus de 50 enfants ont été piégés à l'intérieur du bâtiment et ont péri dans l'incendie.

Des étudiants ont rapporté à plusieurs reprises avoir entendu des piétinements, des enfants pleurer au-dessus de leur tête et les cris des religieuses en-dessous.

image

Pour voir les positions #1 et #2, cliquez sur « page suivante »

DRAGON 🙌
20 SEPTEMBRE 2020  (18H45)